Syndiquer le contenu
Cosmopolitiques

Lancement du site Web de Cosmopolitiques sur la péniche Alternat

Lundi 1er Février, nous avons procédé au lancement du nouveau site Web de Cosmopolitiques sur l'eau (mais le champagne était remplacé par du cidre!)  sur la péniche Alternat. Eric nous y a accueilli et a raconté cette histoire d'un bateau qui a eu une longue vie et d'une association qui l'a racheté pour un beau projet. Compte rendu détaillé de la soirée 

Nous étions un peu plus d'une quinzaine pour fêter cela, grâce aux bons soins d'Evelyne qui est experte dans l'art de créer ces moments conviviaux (et qui fait aussi très bien la cuisine!!)

Nous avons quand même travaillé à préparer les prochains numéros thématiques. Le premier était déjà annoncé sur les techniques cosmopolitiques et nous l'avons focalisé sur les questions d'outils de traitement de la complexité car c'est un des problèmes que nous observons dès lors que l'on est soucieux des attachements: comment donner des prises sur cet univers complexe, sur tous ces liens, sur toutes ces données nécessaires à la composition d'un monde commun? Nous nous intéresserons aux outils de modélisation, de visualisation, de simulation, à grande ou petite échelle, avec des approches scientifiques ou à partir de récits d'expériences.  il nous faudra dire notamment pourquoi les cosmopolitiques ne sont pas systémistes alors qu'elles traitent de la complexité et des liens: sans doute parce qu'elles sont politiques précisément. 

Dans la même veine, nous préparons un numéro sur les cosmopolitiques contre le management: il est en effet aisé de se laisser absorber par l'impératif technique, de pilotage d'environnements complexes pour finir par manipuler tout cela dans les termes dominants du management, de la mesure pour elle-même, de la procédure et du règlement qui étouffe le débat politique alors qu'elle devrait le permettre. Les écologistes sont souvent reconnus pour leurs compétences techniques ou scientifiques mais sont parfois conduits à perdre de vue l'impératif politique au profit d'une supposée efficacité. Cela ne vous rappelle pas une autre histoire de partis de contestation sociale devenus d'excellents gestionnaires... mais qui ne savent plus faire de la politique? ;-))

La question du foncier fera aussi l'objet d'un numéro, qui sera mis en chantier progressivement. La mondialisation prend aussi cette forme incroyable des achats massifs de terre d'un pays par un autre. Le changement climatique fait aussi peser une pression terrible sur ce foncier. Pour le mettre en débat politique encore faut il avoir les outils statistiques, cartographique s et les cadres juridiques pour les traiter. Or, nous manquons vraiment d'une lisiblité à ce sujet.

De même un numéro sur les contaminations de tous types, nous fera voir comment cette invisibilté est un des obstacles majeurs à la mise en politique d'une question. En Guadeloupe par exemple un travail important a été réalisé pour faire apparaitre la pollution de toutes les rivières par un pesticide le Chlordécone et cela s'est traduit dans les débats électoraux.

La question de l'exclusion sous ses formes diverses fera aussi l'objet d'un numéro. De l'étranger par nationalité au malade mental, toutes les cosmopolitiques ne peuvent que mettre en valeur l'importance de cette confrontation, de cette rencontre avec l'autre, y compris lorsque cela suscite frayeur et perturbations. Mais comment faire émerger des cadres politiques pour traiter ces questions autrement qu'en les déléguant à l'Etat pour apprendre à composer avec toutes ces différences? 

D'autres pistes ont été suggérées. Sur tous ces thèmes les contributions sont ouvertes dès maintenant, sous des formats très divers.

Rappel: tous les numéros qui ont été déjà publiés constituent des thèmes qui doivent être alimentés par de nouvelles contributions en ligne.

Par ailleurs les idées de billets ont déjà émergé, nous les attendons sur le site.

Ceux qui souhaitent collaborer plus régulièrement peuvent prendre contact avec le rédacteur en chef D. Boullier (dominique.boullier@sciences-po.fr) et devenir membres des comités de rédaction ou d'orientation ou encore chercheurs associés.

Enfin nous avons convenu de nous rapprocher des autres revues écologistes et d'etopia en Belgique pour réaliser tous les ans un événement avec nos auteurs