Syndiquer le contenu
Cosmopolitiques

Apprendre à vivre sur la planète Pandora…

Auteur: 
Bruno Latour
Charte de l’environnement, article 4 qui a maintenant valeur constitutionnelle : « Lorsque la réalisation d’un dommage, bien qu’incertaine en l’état des connaissances scientifiques, pourrait affecter de manière grave et irréversible l’environnement, les autorités publiques veillent, par application du principe de précaution et dans leurs domaines d’attributions, à la mise en œuvre de procédures d’évaluation des risques et à l’adoption de mesures provisoires et proportionnées afin de parer à la réalisation du dommage ».Le récent film de James Cameron, Avatar, offre un commentaire particulièrement frappant de cet objet non identifié qu’on appelle depuis une vingtaine d’année « le principe de précaution ». En effet, le complexe militaro-industriel qui exploite sans remords apparent les ressources de la planète Pandora applique un principe exactement contraire de totale indifférence aux conséquences lointaines de ses actions. Pillons d’abord, on discutera plus tard. Ou plus exactement un principe de connaissance certaine : je sais, donc je n’ai pas —ou plus— à apprendre. « Je sais quelle est la véritable valeur de la planète (le minerai qui fait sa richesse et que les sauvages ignorants n’exploitent même pas) et j’agis donc en conséquence. Je sais que la planète Pandora comme la Terre ne peut qu’être inanimée, et donc je peux agir pour détruire les obstacles qui gênent l’exploitation sans avoir à prendre aucune précaution particulière. »La suite est tragique: pour une fois les cowboys perdent, les Indiens gagnent. Pandora rétablit l’équilibre à son profit, et se défait des encombrants pionniers qui ont refusé d’apprendre à composer avec elle. C’est qu’entre temps, Jake, le héros paraplégique, a basculé du côté des Sauvages en trahissant les siens. Quant aux modernisateurs fous, ils se retirent la queue basse sur leur planète invivable. il faut abandonner la Frontière. Seul Jake, le traitre sauveur, celui qui a accepté de tout réapprendre, demeure sur Pandora mais parce qu’il accepte d’échanger son corps d’infirme au profit de son avatar. Cette mutation est une question de survie.Il y aurait quelque exagération à faire de Jacques Chirac la préfiguration de Jake… Et pourtant quelle surprise de voir ce président complètement immobile introduire dans la Constitution, tout en haut de la hiérarchie des normes, en 2005, une mutation aussi bizarre de la philosophie politique usuelle : l’action précèderait la connaissance ; l’action ne se déroulerait pas toujours en situation de complète connaissance ; il faudrait apprendre de son expérience tâtonnante ; seule l’analyse méticuleuse des conséquences de l’action permettrait dorénavant de remettre en cause les décisions initiales. Je crois vraiment que l’introduction du principe de précaution est un signal aussi important d’un changement d’époque que la grande dramaturgie du film de Cameron : si nous ne nous équipons pas d’une autre façon de penser —d’un autre avatar— nous ne pourrons pas survivre. Le temps de l’avancée inéluctable du progrès est terminé : il nous faut réussir à conjoindre deux passions opposées jusque là : le gout de l’innovation et celui de la précaution.On comprend que le principe de précaution suscite les interprétations les plus diverses et les inimitiés les plus fortes. C’est qu’il a, comme le mythe de Cameron, toute l’ambiguïté d’un symptôme. C’est ce qui explique qu’il reste indéchiffrable aussi bien par ceux qui veulent l’appliquer à tout que par leurs adversaires qui veulent l’effacer de la Constitution. Les premiers en font un principe d’inertie et d’abstention : tant que nous ne sommes pas absolument certains qu’il n’y a pas de risque, nous devons refuser d’introduire quelque innovation que ce soit. Les seconds en font une barrière à la créativité qu’il faut lever daredare : tant que nous ne sommes pas absolument certains qu’il y a un risque, il n’y a aucune raison de nous arrêter d’innover. Les deux camps sont d’accord au moins sur une chose : l’action n’est possible qu’après la connaissance absolue.Or, ce que nie le principe de précaution c’est justement qu’il faille attendre une connaissance absolue pour agir. Nous sommes obligés d’agir d’abord, à tâtons, pour pouvoir ensuite réviser nos certitudes. Oui, il faut bien l’admettre, ce principe est relativiste : l’action ne peut jamais être fondée sur une connaissance préalable complète et totale. Ce n’est pas dans cinquante ans, quand nous aurons enfin la connaissance pleine et entière des causes du réchauffement climatique, qu’il convient d’agir, mais maintenant fut-ce en l’absence de certitudes absolues.Pour tout dire, le principe de précaution devrait plutôt s’appeler principe d’expérimentation collective. Son application repose en effet sur la rapidité avec laquelle une société se donne les moyen d’apprendre des conséquences inattendues de ses actions. C’est donc un principe de vigilance, d’attention à l’enquête, de construction de capteurs idoines, de révision rapide des hypothèses. Bref, un principe éminemment scientifique. A condition de définir la science par l’enquête collective et non par la Raison avec un grand R.Ce qui explique peut-être pourquoi seule la République française a trouvé bon d’inscrire ce principe de pur bon sens au fronton de ses valeurs suprêmes : aucune autre nation ne s’était définie à ce point par le culte de la Raison. En ce sens oui, il s’agit d’un geste irréparable de réparation pour lever un obstacle que les Français avaient mis dans la définition de leur vie commune: l’attente d’une connaissance absolue pour se décider à agir. N’oublions pas que dans Avatar, Jake n’est pas un obscurantiste : c’est lui —aidé des anthropologues et des biologistes— qui enquête avec soin sur l’écosystème si fragile que les tenants de l’absolu et de la Raison veulent simplement exploiter. Attention, Jacques —pardon Jake— mutation en cours… Publié dans Le Monde, Reproduit avec l'autorisation de l'auteur
Fichier attachéTaille
Latour Pandora Février 2010.pdf21.47 Ko