Syndicate content
Cosmopolitiques

14. Comment rendre la santé publique ?

La santé ne va pas fort ! Et ce n’est pas seulement un problème de trou de la sécu. Cependant, en analysant son fonctionnement ou la manière dont les firmes pharmaceutiques tentent encore de valider des pseudo innovations avec des essais clinique de moins en moins fiables, on peut admettre que la structure financière de « notre sécu » ne soit pas très saine. Mais la sécu autant que la santé sont elles encore nôtres ? Rien n’est moins sûr ! C’est en ce sens qu’il serait temps de rendre la santé publique, c'est-à-dire de la rendre aux publics. Les patients sont les seuls qui actuellement permettent d’inventer une autre santé, à travers leurs associations, bien au-delà de leurs actions spectaculaires. Les pouvoirs à l’hôpital, le rôle des experts, celui des lanceurs d’alerte, tout cela doit être réexaminé à l’aide de ce nouveau critère : cette santé-là, cette organisation-là, donne-t-elle leur place aux patients, ou plutôt aux usagers du système de santé ?  Les réseaux de soins permettent ils de mieux composer une santé avec ce public ? Nos pratiques moins officielles, comme la relaxation ou le taï chi chuan, peuvent elles avoir leur place ? Et la santé publique peut elle enfin devenir une discipline de base de tout l’enseignement ? Car rendre la santé publique, c’est la faire sortir de sa routine de traitement qui ne s’intéresse jamais aux causes, à l’association de facteurs environnementaux par exemple, ou aux croisements avec les maux dits « psy ». C’est considérer la prévention comme la plus noble des tâches médicales mais non sous la forme délirante du fichage généralisé à trois ans.
Cette tradition de découpage proprement moderne nous conduit clairement à l’impasse, à la course aux soins inutiles pour le plus grand profit de quelques grands groupes, alors que le public aspire pourtant à reprendre prise sur sa santé dans sa globalité. Tous les articles de cet ouvrage permettent de faire le point sur cette reprise de pouvoir des publics partout où elle devrait s’exercer, sur tous les thèmes évoqués.